Deutsch


Conférence des villes pour la mobilité (CVM)
Monbijoustrasse 8
Case postale 8175
3001 Berne

031 356 32 32
Envoyer un email

Colloque à propos de la marge de manœuvre des villes dans la politique tarifaire


17.08.17 - Tarifs du stationnement, prix des tickets ou prix de la carte de stationnement pour résidents: tous ces tarifs sont des éléments importants d’une politique urbaine des transports, et en même temps des dossiers politiquement chauds. Pou cela, les marges de manœuvre des villes dans la politique tarifaire étaient le thème d'un colloque de la Conférence des villes pour la mobilité.

Conférence des villes pour la mobilité: Ursula Wyss reconduite comme présidente, Stefano Kunz et Pierre-Olivier Nobs élus au Comité


17.08.17 - Stefano Kunz, conseiller communal de Schlieren, et Pierre-Olivier Nobs, conseiller communal de Fribourg, sont les nouveaux membres du Comité de la Conférence des villes pour la mobilité. L’Assemblée générale de ce jour a également reconduit Ursula Wyss, conseillère communale de Berne, pour trois nouvelles années à la présidence de la CVM.

Positions Electromobilité


Confédération, cantons et les villes discutent la promotion de la mobilité électrique. La CVM a décidé d’actualisier son analyse sur ce sujet, en se basant sur la Charte pour une mobilité urbaine durable. Pour la CVM, les voitures électriques ne contribueront à l’amélioration de la qualité de l’environnement que si elles permettent réellement d’éviter une utilisation d’essence et de diesel.

Échange sur l’avenir du stationnement


28.11.16 - La mutation visible qui s’opère actuellement dans le trafic urbain doit également se refléter dans la politique des espaces de stationement. Il est important de maintenir une offre suffisante pour les différents moyens de transport. Mais pour éviter que cette offre soit excédentaire, le parcage public et le parcage privé doivent davantage être traités ensemble et il faut autoriser et construire plus de logements à mobilité durable, soit sans ou avec moins de voitures.

La Conférence des villes pour la mobilité veut continuer à améliorer la sécurité du trafic urbain


20.6.2016 - Le nombre des tués et des blessés graves dans la circulation routière est en recul depuis quelques années. Mais 2015 a vu une augmentation de 4% des accidents mortels par rapport à 2014. Du point de vue de la Conférence des villes pour la mobilité, ceci ne remet pas en question la tendance positive enregistrée depuis des années. Mais la Confédération, les cantons et les villes doivent poursuivre résolument leurs efforts pour rendre le trafic urbain encore plus sûr. Les villes ont débattu de la question avec des représentants de l’Office fédéral des routes et des organisations concernées à l’occasion de l'Assemblée générale de la CVM.

Mise en œuvre des initiatives des villes


1.2.2016 - La fondation de la Conférence des villes pour la mobilité remonte à des discussions entre plusieurs villes confrontées à des «initiatives des villes» de l’ONG actif-trafiC. C’est à partir des différents textes des initiatives que les membres fondateurs de la Conférence des villes pour la mobilité ont élaboré la «Charte pour une mobilité urbaine durable». Là où une initiative des villes ou un contre-projet correspondant a été accepté, sa mise en œuvre est liée à celle des objectifs de la Charte.

Investir efficacement et rationnellement dans le trafic d’agglomération


23.11.2015 - Un trafic urbain efficace et supportable nécessite des mesures qui dépassent les limites de la ville. La Confédération, les cantons, les villes et les communes d’agglomération doivent donc collaborer étroitement au développement des infrastructures de transport, et la Confédération doit continuer à participer au financement du trafic d’agglomération. Les projets d’agglomération ont fait leurs preuves comme instruments de cette politique. Ils doivent être poursuivis, mais la charge administrative doit diminuer. Le 23 novembre à Neuchâtel, quelque 50 représentantes et représentants des villes et des communes ont discuté de l’avenir de ces projets.

Utiliser le potentiel du vélo pour le trafic urbain


15.06.2015 - Quelque 50 représentantes et représentants des villes suisses se sont penchés aujourd’hui à Berne sur la politique urbaine du vélo. A l’occasion d’un colloque de la Conférence des villes pour la mobilité (CVM), ils ont appelé les cantons et l’Office fédéral des routes à soutenir leurs efforts pour la promotion du vélo. Dans la même ligne, la CVM approuve les demandes de l’Initiative Vélo nationale.

Vivre sans voiture: satisfaire la demande dans les villes et les agglomérations


24.11.2014 - Lors du colloque «Essor de l’habitat sans ou avec peu de voitures. Perspectives pour les villes et les agglomérations» avec plus de 100 participants à Fribourg, les villes, les investisseurs et les experts ont présenté des exemples de réussites pour des zones d’habitation sans voitures ou avec peu de voitures. Les villes ont besoin de latitude pour autoriser des projets avec un nombre réduit de places de parc. De nouvelles offres, comme la «Plateforme habitat à mobilité durable» aident les villes et les communes à utiliser les marges de manœuvre existantes.

Christine Gaillard et Filippo Leutenegger entrent au Comité de la Conférence des villes pour la mobilité


13.06.2014 - Filippo Leutenegger, successeur de Ruth Genner à la Direction des travaux publics de la ville de Zurich, la remplace également au Comité de la Conférence des villes pour la mobilité (CVM). Aujourd’hui, les membres de la CVM ont aussi élu au Comité Christine Gaillard, présidente du Conseil communal de Neuchâtel. Elle remplace Elisabeth Ruey-Ray, conseillère municipale de Nyon.

La CVM demande un nouvel objectif de sécurité routière


26.11.2013 - Le nombre de morts et de blessés graves sur les routes suisses doit être réduit d’un quart ces dix prochaines années. C’est le nouvel objectif national de sécurité des transports revendiqué par la Conférence des villes pour la mobilité (CVM). La Confédération, les cantons, les villes et les communes pourront fonder leurs stratégies sur cet objectif.

Mobilité électrique: positions de la CVM


25.09.2013 - De plus en plus de voix s’élèvent, sur le plan fédéral mais aussi dans les villes, pour demander une véritable promotion de la mobilité électrique. La CVM a décidé d’élaborer une analyse sur ce sujet, en se basant sur la Charte pour une mobilité urbaine durable. Pour la CVM, les voitures électriques ne résolvent pas tous les problèmes de transport dans les villes (par manque de place!). Elles ne contribueront à l’amélioration de la qualité de l’environnement que si elles permettent réellement d’éviter une utilisation d’essence et de diesel. La promotion de la mobilité électrique doit donc avoir des limites, car elle ne doit pas mener à un encouragement de la mobilité en général.

Ursula Wyss, nouvelle présidente de la Conférence des villes pour la mobilité


05.07.2013 - Après trois années intenses passées à mettre en place la Conférence des villes pour la mobilité, Ruth Genner quitte ses fonctions de présidente. Le 5 juillet 2013, l’Assemblée générale a élu Ursula Wyss, Directrice du Département des travaux publics, des transports et des places vertes de la ville de Berne, à sa succession. Patrizia Adam, conseillère municipale de St-Gall, et Adrian Borgula, conseiller municipal de Lucerne, ont été nouvellement élus au Comité. La partie thématique de l'Assemblée générale était à la question de la «pomme de discorde sur les zones à 30 km/h».

Première comparaison des villes en matière de mobilité


25.01.2013 - Les six plus grandes villes de Suisse alémanique (Bâle, Berne, Lucerne, St-Gall, Winterthour et Zurich) ont présenté pour la première fois des chiffres qui comparent leurs résultats en matière de mobilité. Le rapport compare les comportements des habitants dans le trafic et les effets de la mobilité. Le trafic est un des grands défis à relever dans toutes ces villes, confrontées à des problèmes semblables: espace restreint, forte densité de l’habitat, places de travail et volonté de maintenir une qualité de vie urbaine élevée.

Zurich lance le programme «Trafic urbain 2025»


10.07.2012 - La Municipalité zurichoise a lancé le 10 juillet son programme «Trafic urbain 2025». Elle y définit des projets clés, surtout pour encourager les transports publics, le trafic cycliste et piéton. Le programme vise aussi à mettre en œuvre le futur article 2quinquies de l’ordonnance communale («constitution»), conséquence de l’acceptation, en septembre 2011, de l’initiative populaire «pour l’encouragement des transports publics, du trafic piéton et cycliste en ville de Zurich» (trafic actic-trafiC).

Bâle: bilan intermédiaire du contre-projet à l’initiative actif-trafiC


22.06.2012 - Selon le contre-projet à l’initiative actif-trafiC accepté en votation à Bâle-Ville, le trafic automobile doit diminuer de 10% sur le réseau des routes de la ville en dix ans. Tirant un bilan intermédiaire mi-2012, la ville a révélé que la diminution était de 1% une année après la votation. Le Département concerné – travaux publics et transports – a confié une étude à des experts pour déterminer les moyens de renforcer la tendance à la baisse.

Vers un trafic urbain durable: première Assemblée générale de la Conférence des villes pour la mobilité


23.03.12 - En matière de mobilité, les plus grands défis à relever touchent les villes et les agglomérations. Seize villes suisses de toutes les régions du pays joignent leurs efforts dans ce sens au sein de la Conférence des villes pour la mobilité (CVM). Leur objectif est de trouver des solutions communes pour que les flux de trafic puissent fonctionner au mieux dans les villes. Lors de la première Assemblée générale de la CVM, qui s’est tenue aujourd’hui à Berne, le potentiel des péages routiers a été mis en lumière grâce à une étude réalisée pour la région de Berne.

FAIF: oui mais… le trafic d’agglomération n’est toujours pas reconnu


18.01.12 - Le message sur le financement ferroviaire adopté aujourd’hui par le Conseil fédéral est un bon début, mais le financement prévu par le projet reste insuffisant. L’association regrette notamment que l’avenir de l’actuel fonds d’infrastructure ne soit pas clarifié avec certitude et que, par là, la participation de la Confédération au trafic d’agglomération ne soit toujours pas définitive.

Le Comité débat de l’avenir des projets d’agglomération


20.01.12 - Grâce aux projets d’agglomération «Transports et urbanisation», la Confédération participe au financement du trafic d’agglomération. Dans de nombreuses villes et communes urbaines, ces projets ont permis de débloquer ou de réaliser des projets urgents. Le Comité de la CVM a tiré un bilan et discuté des perspectives de développement de ces projets. Il demande leur maintien et un financement adéquat, de même que la participation des villes aux travaux de développement menés sur le plan fédéral.

Voyage d’étude à Bâle-Ville


10.11.11 - Le premier voyage d’étude de la CVM a conduit les participants à Bâle. Alain Groff, directeur de l’Office cantonal pour la mobilité, a présenté les solutions de la ville du Rhin en matière de transports et de mobilité urbaine. Il a notamment été question des parkings pour vélo de la gare CFF, de l’extension du tram au-delà de la frontière et des études en cours sur le réseau de trams.

Potentiel de développement des vélos en libre-service en Suisse


10.11.11 - Le Comité de la CVM a analysé les chances de développement du «bikesharing» dans les villes suisses. Ce service recèle un véritable potentiel. Les exemples à l’étranger montrent que le libre-service modifie les comportements des habitants en termes de mobilité. Mais les problèmes ne doivent pas être sous-estimées: ainsi, les infrastructures nécessaires occupent l’espace public. La mise en place, l’entretien et l’exploitation occasionnent des dépenses. De plus, dans de nombreuses villes suisses, le nombre de cyclistes est déjà très élevé. Il n’est pas sûr que le vélopartage réponde à un besoin. Il faut donc d’abord attendre que les villes ayant mis en place des services tirent leurs premiers bilans.

Ville de Zurich: l’iniative actif-trafiC acceptée de justesse


04.09.11 – L’initiative actif-trafiC a été acceptée à une très courte majorité à Zurich. Le texte l’a emporté sur le contre-projet du législatif communal grâce à la question départageant les deux projets, par 26’882 voix contre 26'243 (50,6% contre 49,4%). A Zurich, l’initiative demande une réduction de dix points de pourcent du trafic motorisé individuel, par rapport à l’ensemble du trafic, en dix ans (de 36 à 26%).

Retrait de l’initiative actif-trafiC à Winterthour


20.06.11 – L’initiative actif-trafiC a été retirée à Winterthour après l’adoption d’un contre-projet par le législatif municipal. Si le référendum n’est pas saisi, le plan directeur communal sera modifié selon le contre-projet. La part des transports publics et du trafic lent devrait augmenter de 8% en ville. La promotion des transports publics, du trafic piéton et cycliste doit être inscrite dans la loi.

«Oui» de justesse à l’initiative actif-trafiC à Genève


15.05.11 – A Genève, l’initiative actif-trafiC a été soumise au vote sur le plan cantonal. Tandis que la ville l’a nettement acceptée, 36 autres communes l’ont refusée. La revendication centrale porte sur la construction de pistes cyclables d’ici huit ans. De plus, diverses mesures doivent être prises pour améliorer le trafic piéton, notamment dans le domaine de la sécurité.

Bâle-Ville: le contre-projet l’emporte sur l’initiative actif-trafiC


28.11.10 – L’initiative actif-trafiC est nettement rejetée par les citoyens de Bâle-Ville, au profit d’un contre-projet. L’initiative exigeait une réduction d’environ un quart du trafic motorisé individuel. Le contre-projet demande une baisse du trafic automobile sur l’ensemble du réseau (autoroutes non comprises) de 10% en dix ans. Les extensions d’autoroutes ne sont autorisées que si des mesures compensatoires sont décidées sur le reste du réseau routier. Dix millions de francs doivent être débloqués d’ici 2014 pour le trafic cycliste et piéton.

15 villes suisses fondent la Conférence des villes pour la mobilité


12.11.10 – Quinze villes de toutes les régions de Suisse ont fondé à Berne la Conférence des villes pour la mobilité (CVM). Elles entendent ainsi poser la pierre fondatrice d’une réflexion commune sur les défis posés par la politique des transports. Au centre des objectifs figure l’amélioration de la qualité de vie dans les villes, tout comme l’élaboration de solutions pour un développement des transports durable, supportable pour les villes et compatible avec le développement économique. Les objectifs de la CVM se basent sur la «Charte pour une mobilité urbaine durable» ratifiée jusqu’ici par 54 villes suisses.

Initiative actif-trafiC: clai «oui» au contre-projet à Lucerne


26.10.10 – Les citoyens de la ville de Lucerne ont accepté à 63,1% le contre-projet à l’initiative actif-trafiC, qui exigeait d’augmenter la part du trafic lent et des transports publics de 10% en dix ans. Le contre-projet de l’exécutif accepte cet objectif, mais ne donne aucun horizon temporel.

48 villes acceptent la «Charte pour une mobilité urbaine durable»


26.08.10 – Ratifiée actuellement par 48 villes et communes urbaines de toutes les régions du pays, la «Charte pour une mobilité urbaine durable» a été présentée lors de la Journée des villes. Pour la première fois, un grand nombre de villes suisses joignent ainsi leurs efforts pour élaborer des objectifs et des principes communs dans le domaine de la politique des transports. La Charte vise à améliorer la gestion des infrastructures. Elle reconnaît le principe de coexistence des différents modes de transports, et n’exclut pas la construction de nouvelles infrastructures. L’augmentation du trafic doit avant tout être imputable aux piétons et aux cyclistes.

Initiative actif-trafiC largement acceptée à St-Gall


07.03.10 – Les citoyens de la ville de St-Gall ont accepté, par 59% des votants, l’initiative actif-trafiC. Dans cette version, modérée, le texte demande que le trafic motorisé individuel n’augmente plus. Le volume total du trafic ne peut augmenter qu’avec les transports publics, le trafic piéton et le trafic cycliste.

Signature de la Charte pour une mobilité urbaine durable


22.01.10 – Les villes de Bâle, Lucerne, St-Gall, Winterthour et Zurich ont signé un texte élaboré en commun, la «Charte pour une mobilité urbaine durable». Le principe en est que les villes sont confrontées aux mêmes défis et qu’elles ont les mêmes revendications: promouvoir les transports publics et le trafic piéton, le trafic cycliste et des espaces publics de grande qualité. L’idée de la Charte est née dans le sillage des initiatives actif-trafiC lancées dans les villes fondatrices.